Les besoins de qualité d’eau des discus

19

 Pourquoi l’eau des discus est elle si importante?

Photo de chutes d'eau

Et bien comme bon nombres d’espèces aquatiques, l’eau est le milieu de vie des poissons. A l’instar de notre air elle contient oxygène, CO2, azote et bien d’autres éléments qui influent sur leur état de santé.

L’eau ce fameux élément source de vie « baigne » nos poissons et ces derniers sont intimement liés à elle.

Il faut aussi savoir que l’eau est un très bon solvant ; c’est-à-dire qu’elle a de bonnes capacités à dissoudre de nombreuses substances.

Parmi celles-ci citons par exemple les gaz (oxygène, CO2 etc.) les sels minéraux (Calcium, magnésium, sodium…) ou encore les métaux (plomb, cuivre…)

Et cela va compliquer quelque peu les choses car, ces éléments présents dans l’eau des discus peuvent jouer un rôle important sur leur physiologie et même interagir les uns avec les autres.

 

Les discus sont  originaires d’Amérique du sud…

Couple de discus sauvage du rio Xingu

 Discus sauvages originaires du rio Xingu en Amazonie

Les eaux qui ont vue naître ces poissons à l’état sauvage sont douces (elles contiennent peu de minéraux), et acide (pH inférieur à 7), Heiko Bleher dans son ouvrage « le Bleher du discus tome1» mesure par exemple au nord de Victoria do Xingu en 2002 un pH de 6,5 , une conductivité de 21 micro-siemens  et une température de 28,5°C.

Le discus s’est donc adapté au fil de son évolution à vivre dans ce type de milieu.

A la lecture de ceci, nombres d’entre vous froncerons les sourcils en ce grattant la tête…«Mes discus ne vivent pas dans de tels paramètres d’eau ! Et ils s’en portent très bien !»

Je suis entièrement d’accord avec vous, mais je pense que certains faits restent toutefois intéressants à entendre. Certes des années d’élevage et de sélections on rendu nos actuels pigeon blood et autres turquoises rouges plus tolérants en matière de qualité d’eau, il reste néanmoins que ce poisson garde en parti ses exigences naturelles.

De même, il faut mettre en relief le faite que l’homme élève des discus depuis peu (avant la seconde guerre mondiale) et que la réelle explosion des variétés que nous connaissons n’à commencer que dans les années 80…

Il est clair que chaque espèce de poisson possède des exigences et des plages de tolérances qui lui sont propres. La plage de tolérance du discus est par exemple plus petite qu’un néon innesi.

 

Les premiers paramètres à connaitre: les duretés KH et GH

Pour la maintenance de discus d’élevage, un KH situé entre 2 et 4 degrés allemand convient tout à fait avec un GH entre 4 et 7 degrés. Naturellement, avec de telles duretés, le pH de l’aquarium devait être neutre à acide (7 et inférieur à 7).

En ce qui concerne les matières azotées, le discus tolère quelques écarts ponctuels, mais pour ne pas l’incommoder je vous conseille de ne pas aller au dessus de 25mg/L de nitrates.

Pour ce qui est de l’ammoniaque et des nitrites, des valeurs nulles sont impératives ; leur présence étant toxique pour les poissons.

Les discus seront sensibles à la présence de polluants dans l’eau tels que métaux lourds, chloramines et autres. Je n’ai pas de données précises à ce sujet mais il est important de neutraliser ces éléments avant tout changement d’eau effectué avec de l’eau du robinet ; et ceci grâce à un contionneur d’eau.

 

Les conditionneurs d'eau L’utilisation d’un conditionneur d’eau est vivement conseillé.

Je ne compte plus le nombre d’utilisateurs d’eau du robinet non conditionnée avec lequel j’ai pu discuter qui se sont un jour confronté à des problèmes de mortalités subites à la suite de changements d’eau

En ce qui concerne le rythme des changements d’eau, il est conseillé d’effectuer environ 30% minimum du volume de l’aquarium une fois par semaine. (Nous ne parlons ici que de maintenance de discus en bac « communautaire » et non d’élevage.) Cette fréquence varie bien entendue selon les cas: reproduction, grossissement, population de l’aquarium etc…

(A voir aussi: L’élevage et la reproduction du discus en vidéo)

 

Discus et CO2: Attention danger

Comme je vous le signalais dans l’article Sur la maintenance des discus,  je vous invite vivement à contrôler votre diffusion de CO2 si vous désirez l’utiliser pour vos plantes.

Un pH mètre électronique bien étalonné (!) ou un contrôleur permanent comme ceux proposés par la société Dennerle sont indispensable pour éviter  les intoxications.

La diffusion de CO2 est trop souvent utilisée pour baisser le pH de l’eau des discus. Il faut retenir que le CO2 est bénéfique aux plantes mais que les discus n’apprécient que très peu…

A partir de 20mg/L j’ai noté que certains discus pouvaient être fortement indisposés.

 

Quelques cas particuliers intéressant à aborder…

Les discus comme d’autres poissons peuvent s’adapter à d’autres paramètres que ceux cités plus haut.

Ainsi l’on peut rencontrer certains cas de figures ou les conditions de maintenance et la gestion de la qualité d’eau défient les besoins connus de ce poisson.

Pourtant, il faut bien se garder de considérer ces cas particuliers comme des méthodes à suivre. Car ceci reste bien souvent des cas isolés qui s’expliquent généralement très bien.

Voici quelques exemples que j’ai pu rencontrer et ils ne seront à coup sûr pas les derniers que je rencontrerai !

 

Attention à la tolérance aux nitrates…

Groupe de discus pigeon blood et turquoises

La teneur en Nitrates augmente rapidement

lorsqu’il y a beaucoup de discus dans l’aquarium

Certains discussophiles ont une maintenance quelque peu hasardeuse: Rythme de changement d’eau non régulier, qualité d’eau non adéquate par rapport aux besoins du discus etc. Ils s’étonnent souvent de voir leur toute nouvelle acquisition ne pas s’adapter à leur aquarium et mourir.

Ils ne comprennent pas qu’un discus acheté depuis peu puisse mourir alors que les autres présents dans l’aquarium depuis de nombreux mois semblent en bonne santé.

Après avoir écarté les pistes liées aux problèmes de transport ou d’acclimatation, je les invite tout simplement à tester l’eau de de leurs bacs…Ils trouveront souvent quelques explications!

Il arrive souvent par manque de connaissance, par habitude ou négligence que le simple test d’eau ne soit pas fait. Or les paramètres d’eau d’un aquarium ne sont pas figés ; ils évoluent plus ou moins vite dans le temps.

Prenons le cas des nitrates ; ceux-ci s’accumulent au fil du temps dans l’aquarium. Pour éviter des valeurs trop hautes, il faut assurer des changements d’eau réguliers et assez conséquents. Si ces changements d’eau ne sont pas correctement effectués, la valeur nitrates de l’aquarium tend à augmenter lentement mais surement au fil des mois.

Les poissons présents dans l’aquarium s’adaptent car ce changement s’opère progressivement.

J’ai déjà observé des discus ayant un comportement vif avec des appétits d’ogres dans un bac à plus de 100mg/L de nitrates. Toutefois, une telle situation ne saurait durer et il est absolument déconseillé d’acclimater un nouveau discus dans ce type d’eau même si ceux déjà présent se portent bien !

Car aux stress du transport, de l’acclimatation, de la compétition pour s’insérer au sein d’un nouveau groupe de discus; s’ajouterai un stress environnemental. On minimise alors les chances d’adaptation !

Bien sûr, de nombreux autres paramètres évoluent et peuvent causer des problèmes d’adaptation pour les nouveaux poissons. J’ai volontairement pris l’exemple des nitrates car il est à mes yeux le plus explicite.

 

Accident après un changement avec l’eau du robinet

Certains ont la chance d’habiter une région ou l’eau du robinet a des caractéristiques idéales pour la maintenance du discus (les veinards !!!)

Peut-on pour autant dire que le discus se maintient aisément dans de l’eau sortant directement du robinet ?

Ma réponse est tout simplement « non », car la qualité d’eau qui coule au robinet est différente d’une région à l’autre, d’une ville à l’autre, d’un quartier à l’autre ou même d’un pâté de maison à l’autre !

Aujourd’hui, il existe peu d’endroit ou l’eau du réseau est idéale pour le discus ; mais il en existe et l’essentiel est de tester cette eau et surtout ne pas oublier de la préparer. De là à affirmer que les discus vivent dans de l’eau du robinet, il y a une marge…

Personnellement je préfère lire ou entendre « MES » discus vivent dans l’eau de « MON » robinet. Vous me direz c’est peut être un détail, mais il a son importance lorsque ce genre d’information arrive aux oreilles des nouveaux passionnés.

 L'eau du robiney L’eau du robinet peut être utiliser pour les discus à condition de prendre un minimum de précautions !

 

Prenons l’exemple de 3 éleveurs de discus:

Le premier élève des discus dans une eau moyennement dure (plus dure que les eaux habituellement utilisée pour la maintenance du discus), le second dans une eau très douce (Beaucoup plus douce que les eaux fréquemment utilisée pour la maintenance du discus), le troisième quant à lui élève ses poissons dans une eau issue d’un adoucisseur d’eau domestique.

Ces trois éleveurs élèvent la même espèce de poisson : le discus ; pourtant quelques points les différencieront…

* Les discus du premier éleveur seront relativement peu exigeant en ce qui concerne la dureté de l’eau (GH/KH) tolérant sans problème des valeurs plus hautes que la moyenne. Vous trouverez chez lui une bonne quantité de variétés dites « anciennes » (les premières sélectionnées  par l’homme)

* Le second éleveur aura des poissons qui demanderont un meilleur suivi au niveau de la dureté d’eau, et se rapprochera d’une maintenance plus classique. Certaines variétés qu’il élève seront très récentes et encore plus exigeantes.

* Quant au troisième éleveur, ces poissons seront presque une curiosité tant l’on peut lire dans tous les manuels que l’eau issue d’un adoucisseur domestique est « impropre » à une utilisation aquariophile. Cet éleveur élève une seule et unique variété et ses poissons s’adapteront dans pas mal de milieu.

Diskuszucht Stendker Duisburg 2010

Les discus de l’allemand Stendker sont réputés pour accepter des duretés plutôt élevées

 

Ceci met l’accent sur deux cas particuliers :

Le premier est lié à la souche. L’éleveur propose en effet à ses souches un certain type de milieu qu’il est important de connaitre. Des discus élevés depuis de nombreuses générations dans des caractéristiques d’eau quelque peu particulières pourront développer une plage de tolérance différente de celle proposée dans cet article ou la littérature spécialisée.

Il y a de forte chance que les premiers résultats d’élevage du premier et du troisième éleveur n’aient été très bons ; mais le travail de sélection faisant, ces souches ont aujourd’hui développée des traits d’adaptation à leur milieu.

Pourtant nous ne pouvons pas conseiller à tous les passionnés de discus de passer leurs poissons à l’eau dure ou sortie tout droit d’un adoucisseur.

Se renseigner sur la qualité d’eau que l’éleveur ou le magasin utilise est primordial avant l’achat.

Le second cas intéressant à souligner est lié à la variété. En effet les variétés dites « plus ancienne » tels les cobalts, pigeon blood, turquoises sont généralement plus tolérantes quant à la qualité d’eau. Les variétés plus récentes (ou issus de croisement avec des formes sauvages) restant généralement plus exigeante.

 

Eau des discus ce red spotted snakeskin sera plus exigent

Les variétés récentes demandent généralement une plus grande attention.

 

IMPORTANT: la qualité de l’environnement de l’animal…

Comme vous venez de le voir, l’eau est un élément essentiel qui conditionne la vie et la santé des poissons.

Assurer un bon environnement à vos discus (assurer une bonne qualité d’eau) sera la meilleure des préventions contre l’apparition de maladies ; un stress environnemental étant souvent le premier stress auquel le discus doit faire face. Dans un environnement sain, l’organisme du discus est capable de lutter seul contre un bon nombre d’agents pathogène (de maladies).

De plus, comme nous l’avons vu, ne tirez pas de conclusions trop hâtives a propos d’une maintenances particulières que vous pourriez rencontrer. Soyez régulier dans votre entretien afin de proposer à vos discus une qualité d’eau stable en adéquation à leurs besoins. S’éloigner des besoins en eau des discus, c’est prendre le risque de s’exposer à un problème « x » ou « y ».

Voila, vous venez de finir de lire le 1er chapitre ! Retrouvez le prochain l’article sur les paramètres d’eau et leurs significations. En attendant, si vous le désirez, vous pouvez poster à tout moment vos remarques ou questions dans la rubrique « commentaire » en bas de page.

Je vous invite à lire:  Discus, comprendre les principaux paramètres d’eau

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter du blog !

 

Yann Hoiret

Fanatik-Discus.com

 J'aime Fanatik-discus sur Facebook

Fanatik-discus sur twitter

About Author

Éleveur et Chroniqueur Discussophile, Yann Hoiret partage sur le blog Fanatik-Discus son expérience et sa passion pour le roi des aquariums. A partir de 2014 il collabore en tant qu'auteur pour le magazine français "AquaMag", les magazines allemands "Discus Live" et "Discus yearbook". Il participa en tant que Juge lors du France Discus show 2014 d'Arvert, du Greek Discus Show 2014 d'Athènes, du Paris Grigny discus show 2015, du France Discus Show 2016 et du FIDO concurso 2016 et 2017 Espagne.

19 commentaires

  1. Jean-Pierre on

    Bonjour ,

    Merci pour ce point de vue critique, comparatif et intéressant.
    Effectivement , Stendker dit que leurs Discus se plaisent dans l’eau du robinet.
    Personnellement j’ai acheté il y a quelques années des Discus Stendker ( Cobalt , Turquoise rouge et Pigeon blood) magnifiques , très sociables et qui se sont reproduits mais je n’ai pas réussi à faire grandir les petits (je n’étais pas là pour les nourrir).
    Par contre , que préconisez-vous pour préparer l’eau, quand on est à Paris, donc avec une eau du robinet inadaptée pour les Discus?
    Mon raisonnement, contrairement à celui du vendeur, était que le Discus vit naturellement dans des eaux douces à faible dureté carbonatée et pH acide, donc que même s’ils supportent une eau plus dure, ils préféreront un milieu plus proche de celui d’origine, du fait que physiquement, ils sont le produit d’une évolution à certains paramètres .

    Donc j’ai toujours utilisé de l’eau osmosée et j’y ai mis des sels Preis . Le sol a malgré tout donné une dureté GH plus élevée que celle en sortie d’osmoseur … la KH est quasi nul , la conductivité là est de 85 microS (mais elle était de 350 il y a quelques mois ) .

    Je ne sais pas trop comment stabiliser les bons paramètres …

    Je ne sais pas que penser de Seachem et de leurs produits pour Discus …

    Je filtre sur Purigen, Matrix, pouzzolane … mais durant les changements , que convient-il de faire pour que le cycle de l’azote ne soit pas perturbé …

    Comment remplacer le sol qui s’est chargé en déchets organiques et minéraux ?

  2. Yann Hoiret on

    Bonsoir Jean-Pierre,

    Oui je suis plutôt de cet avis… Comme je l’expliquais dans l’article, même si certaines variétés ou souches s’adaptent bien en eau « dure »; il est préférable de maintenir les discus en eau douce.
    Si l’eau ou vous habitez n’est pas de bonne qualité, il y a effectivement une solution en minéralisant votre eau osmosée avec des sels minéraux. Les sels preis font monter le GH de l’eau uniquement, laissant le KH proche de 0. Pour cela, afin d’éviter des chutes de pH, il faut faire très attention au rythme et volume de changement d’eau. Cela ne laisse pas trop de droit à l’erreur.
    Vous avez sinon les sels minéraux de Dennerle « Osmose remineral + » qui eux monteront le GH mais aussi le KH de façon équilibrée. Si vous souhaiter obtenir un KH de 3 ou 4 degrés allemand, c’est ainsi possible avec ces sels minéraux. Vous en trouverez chez votre détaillant préféré revendeur de la marque (Ou demandez leur afin qu’il vous le commande).

    La marque américaine seachem commercialise d’excellents produits… Ceux que vous venez de citer sont très réputés outre atlantique.

    Pour ne pas perturber votre filtration, il suffit de respecter les bactéries de votre filtre et ne pas oublier que celles ci sont bien vivantes, et qu’elles n’apprécient guère les chocs. Nettoyez vos masses de filtration avec de l’eau de votre aquarium que vous jetterez ensuite, et une fois le filtre nettoyé, ajoutez une dose de bactéries d’entretien.

    Pour que votre sol n’accumule pas trop de déchets organiques: utilisez une cloche à sable à chaque changement d’eau.

    En espérant avoir répondu à vos interrogations.

    Yann

  3. Bonjour je voudrais acheter un couple de discus. Je dispose d’un aquarium de 180 litres.
    Si c’est assez grand pour le couple je voudrais ensuite savoir comment on fait pour faire une eau de qualité et ses bons paramètres pour ne pas avoir de soucis.

  4. Yann Hoiret on

    Bonsoir Romain,

    Généralement, on utilise pour la reproduction des aquariums d’environ 100 litres.
    Un aquarium de 180 litres pourrait être utile pour faire grandir une partie des futurs alevins.
    Je vous conseille de lire le très bel article de Simon Schermack du forum « Discus tout simplement » qui reprend les étapes de la reproduction du discus.

    http://www.discustoutsimplement.com/t9083-les-differentes-etapes-pour-mener-a-bien-une-repro-par-simon-schermack

    Bonne lecture,

    Yann

  5. bonsoir yann,
    Je souhaite installer un bac à discus « Stendker ». Mon eau du robinet a un KH de 5 et un GH de 6 pour un ph de 7.3
    Pouvez vous me conseiller svp?
    Merci d’avance je suis d’Alsace

  6. Bonjour,
    Je voudrais savoir: J’ai mon neveu qui a acheter 5 discus il a 1 semaine. Il a 2 discus qui ont la respiration assez rapide et les branchies bien écartée.
    Quel traitement faut il faire ? Il ne mange pas.

  7. Yann Hoiret on

    Bonsoir Thierry,
    A priori, sur les paramètres que vous me communiquez, je ne vois pas de souci.
    Vous pourriez baisser un peu le pH. Mais les discus élevés par Jörg Stendker sont réputés pour leur tolérances aux niveau des duretés d’eau et pH.
    Je vous conseille de contrôler d’autres paramètres comme les nitrates, phosphates, silicates etc…
    Les trois paramètres que vous donnez ici ne suffisent pas en effet à vous affirmer que cette eau du robinet est adéquate pour les discus.
    Aussi, je vous conseille quoi qu’il en soit de bien préparer votre eau la veille de son utilisation. (Filtration fine/charbon, conditionneur d’eau, chauffage)

    Yann

  8. Yann Hoiret on

    Bonsoir Romain,
    Votre souci demande une étude de cas approfondi. Il faudrait fournir beaucoup plus d’informations sur la qualité d’eau, l’historique etc…
    Ne vous lancez pas dans un traitement au hasard.
    Je vous conseille de poser ceci sur le forum « Discus tout simplement » qui a un section « infirmerie » avec une fiche à remplir permettant de vous aider. Inscrivez vous et remplissez tout ceci:
    http://www.discustoutsimplement.com/f10-l-infirmerie
    Yann

  9. Bonsoir yann,
    Merci pour les conseils. Que voyez vous comme Filtration fine/charbon. Pour l’installation d’un stérilisateur UV reflex 800 de chez Eheim; pensez vous que cela soit une bonne idée??? (Et à quel endroit du filtre dois je le placer?)
    Merci Yann et bonne soirée

  10. Yann Hoiret on

    Bonsoir Thierry,

    Désolé de la réponse tardive! Je suis passé à côté de ce message…
    Pour la « filtration fine/charbon » je parlais des cartouches que l’on place en bocal sur votre réseau d’eau de conduite. Vous en trouvez dans tous les bons magasins de bricolage.
    Le stérilisateur UV n’est pas une obligation, mais la gamme Reflex de chez Eheim est en effet d’une excellente qualité. A adapter en fonction du volume de l’aquarium à la sortie du filtre.

    Yann

  11. bonjour,
    je voudrais faire du discus et je viens de mettre en eau un aquarium de 750 litres il y a 10 jours.
    Malheureusement depuis une semaine j’ai beaucoup d’algues… que faire??

  12. Yann Hoiret on

    Bonsoir,

    Pour ce genre de problèmes, il faut explorer plusieurs pistes…

    La qualité d’eau, car on trouve par exemple de plus en plus de silicates, de nitrates et de phosphates dans l’eau…. Il faut contrôler.

    L’éclairage, en vérifiant la qualité des tubes (marque + âge des tubes), mais aussi la durée d’éclairage.

    L’emplacement du bac, qui; placé dans une pièce trop lumineuse accélère l’apparition des algues.

    La présence de plantes (parfois difficiles à tenir avec des discus) concurrence les algues à long terme.

    Il y a donc un gros travail d’exploration…. Il faut aussi savoir qu’un bac nouvellement lancé est sujet à l’apparition d’algues. C’est aussi la nature qui s’installe.

    Yann

  13. Bonsoir,
    Je vous envoie ce message à propos des artemias, pour savoir comment faire un élevage.
    J’ai acheté une souche d’artemias vivantes adultes.
    Merci beaucoup

  14. Bonjour,
    Voilà je me trouve dans un cas pratiquement désespéré : j’ai un 350 litres et je vis dans le Puy-de-Dôme. Le pH en sortie de robinet n’est pas très élevé. J’ai dans mon bac 5 discus, 10 cardinalis et 6 Corydoras sterbai. L’eau est à 28°C. Depuis le début (2 ans quand même dans ce bac) je suis sur-infestée de cyanos.
    Au début, on m’avait conseillé de refaire mon bac avec un sol technique pour stabiliser le pH et les paramètres, pour acidifier un peu l’eau et ainsi freiner la propagation (c’était horrible, vraiment, au bout de 3 jours on ne voyait plus rien à travers les vitres). Au bout d’un an, c’est toujours pareil, j’ai dû investir dans un stérilisateur uv que je branche quelques heures par jour. Un peu moins de cyanos, mais encore pas mal quand même. Mes plantes ont cessé de pousser depuis que j’ai mis ce sol technique (???).
    Le taux de silicates n’est pas alarmant. Les nitrates n’excèdent pas 25-30 mg/L. Par contre oligo-éléments : nuls. Phosphates : non. Fer : nul.
    Mes poissons semblent souffrir d’acidose (pH 5,8, et encore si je ne change pas l’eau de 2 semaines c’est un peu moins), j’ai perdu beaucoup de cardinalis et tous mes tétras-citron (ils avaient contracté une espèce de maladie bizarre sur laquelle je n’ai jamais rien trouvé qui leur donnait des points noir partout, progressivement, ensuite des espèces de plaies bordées de ces points noir sur les flancs, puis ils mourraient tous un par un au bout de quelques semaines). Mes discus ont fini par contracter la maladie des trous et maigrir un peu (ils sont actuellement en traitement). Seuls, mes Corydoras sterbai ne semblent pas souffrir de la situation.
    J’ai toujours de la cyanobactérie… Je ne remets pas de plante pour l’instant, inutile, elles étouffent au bout de quelques jours par la cyanobactérie et même si je les nettoyais sans arrêt, elle se rabougrissent de toutes façons. Quand je remettais un peu d’engrais (sans phosphates) et du fer, la croissance repartait pour quelques jours, mais pas plus que ça.
    Je voulais mettre une petite quantité de co2 pour les plantes, mais au vu du pH… pas la peine. Je me demande s’il ne serait pas judicieux de virer toutes les plantes, de remplacer le sol technique par un simple sable de Loire (avec de la pouzzolane dessous pour drainer), et de mettre simplement de l’eau osmosée en boostant de temps en temps les plantes (l’eau est pauvre en éléments pour les plantes ici).
    Je n’ai jamais eu, en 20 ans d’aquariophilie, de poissons malades à ce point, ni d’aquarium qui tourne aussi mal.
    Je suis passionnée mais sur le point de baisser les bras car cet aquarium finit par me ruiner. Pouvez-vous m’aider ?
    Merci d’avance.

  15. Yann Hoiret on

    Bonjour Romain,

    Désolé pour le délais de réponse… j’étais en déplacement au France Discus Show…
    Le plus facile est de partir du stade nauplii d’artémia et les faire grandir jusqu’au stade adulte.
    Faire des cycles complets est envisageable mais demande un certain suivi…
    Leur élevage demanderait un article complet que je pourrais faire ici sur cette courte réponse…
    Je vous conseille de parcourir le forum du site « aqualiment.com » qui a une section spécialement dédiée à l’élevage des artémias. 🙂

    Yann

  16. Yann Hoiret on

    Bonsoir Céline,

    De même… désolé pour le retard…

    Oui je comprends vos soucis… Il faut revoir l’ensemble de votre aquarium…
    Vous pouvez procéder de diverses manières mais il faudra revoir certaines choses point par point.

    Vérifiez votre source de lumière et je vous conseille la lecture de ce fascicule de Dennerle: http://www.dennerle.eu/fr/images/stories/den-allgemein/downloads/TROCAL_Prospekt_5357_F.pdf
    Vous y trouverez de bonnes informations. Par contre, compter sur les plantes pour concurrencer les algues est plus difficile à obtenir dans un bac à discus.

    Au niveau de l’eau, il faut limiter au maximum les valeurs de nitrates, phosphates et silicates… Même si elles sont « basses ». De plus certains éléments sont moins mesurables.

    Pour cela: Vous pouvez ajouter une résine dans le filtre du type « phosguard » de seachem (phosphates + silicates) ET/OU conditionnez votre eau avec 100% eau osmosée + sels minéraux Dennerle (Ils ont l’avantage de remonter le GH et le KH en même temps!). Je connais plusieurs personnes chez qui cela a suffit (A cause d’éléments présents dans l’eau du robinet….)

    Oxygénez aussi bien votre aquarium. (Pourquoi pas utilisez un oxydator…)

    Pour votre maladie, d’après votre description, je pense qu’il s’agit de parasites.

    Bref, il faut revoir la chose dans son ensemble, en revoyant la lumière (type, durée, âge des tubes, qualité de la marque etc etc….) + l’eau d’ou vient un bon nombre de problèmes… (Il faut aussi bien baisser vos nitrates + silicates)

    Revoir aussi peut être l’entretien dans sa globalité (volume et fréquence des changements d’eau)

    Bon courage!

    Yann

  17. Bonjour,
    J’ai actuellement un bac de 240 litres et je compte passer à un aquarium de 450 litres dans peu de temps afin de pouvoir y mettre des discus.
    Mon eau de conduite a un kh de 8, un gh de 10 et un PH plutôt basique.
    Lorsque je mélange l’eau du robinet avec de l’eau osmosée, j’obtiens un KH de 4, un GH de 5 par contre mon PH est encore au dessus de 7.
    En injectant du CO2 (je suis à moins de 60 bulles par minute) mon PH ne descend toujours pas en dessous de 7.
    Les NO2, NO3 et PO4 de mon eau du robinet sont à 0.
    Est ce qu’il est vraiment préférable de diminuer le PH de mon eau (par exemple en utilisant que de l’eau osmosée et en la re-mineralisant, ou bien en utilisant d’autres méthodes pour diminuer le PH) ou bien finalement le PH n’est pas très important du moment que le KH, le GH et les autres paramètres sont corrects?

    Merci pour votre aide.

  18. Yann Hoiret on

    Bonsoir Arnaud,

    Il est vrai que de nombreux aquariophiles se focalisent sur la valeur pH de leur eau d’aquarium.

    Les discus préfèrent les eaux acides mais les variétés d’élevage s’adaptent plutôt bien à un pH proche de la neutralité.

    Vous pourriez être tenté d’injecter plus de CO2 mais je ne vous le conseille pas car les discus y sont plutôt sensibles.

    La dureté de l’eau est pour moi un critère important. Et il est vrai que vos discus montreront leurs plus couleurs dans une eau légèrement acide.

    Pour cela vous pouvez utiliser des « black cones » de Dennerle, de la tourbe (qui v ambrer l’eau…) ou des extraits de feuilles de chêne du genre « pH minus » de JBL ou celui de la marque AMTRA.

    Faites par contre très attention car utiliser deux sources d’acidifiants (CO2 + autre) peut s’avérer dangereux et difficile à gérer. (Car on ne sait pas si le pH baisse à cause du CO2 qui peut être toxique; ou à cause de la seconde source d’acide)

    Limitez votre diffusion de CO2 et surtout, contrôlez cela avec au moins un test CO2 permanent.

    Yann

Leave A Reply